Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Rédaction - Page 9

  • Pauvre Bruxelles

    Ces derniers temps, j'éprouve un malaise de plus en plus tenace à voyager dans ma ville. Je suis né à Bruxelles, j'y ai vécu depuis...et elle me dégoûte chaque jour davantage.

    Entre la population qui se marginalise de plus en plus, les immigrés qui n'intègrent de notre culture que ce qui les arrange, la visibilité des épaves et autres rejets que notre société de consommation produit à une vitesse exponentielle...tenez, pas plus tard que ce w-e, dans une station de métro, je tombe sur deux de ces tristes spécimens. Ivres, drogués, ou tout simplement atteints de troubles mentaux, ces pauvres hères sont livrés à eux-mêmes sous le regard au mieux impuissant, au pire totalement méprisant des passants.

    Bruxelles-Poubelle, Bruxelles-la-sale agonise lentement mais sûrement. Les bruxellois ayant encore la possibilité de le faire quittent en masse le centre-ville, les autres se résignent à voir leur ville dépérir et devenir un chancre à ciel ouvert, pendant que les eurocrates en grande partie responsables de cette détérioration, avec la bénédiction de nos "élus", vivent dans un monde clos, d'où ils n'ont qu'une vue biaisée sur l'extérieur. Et que nos édiles nous chantent sur tous les tons qu'il fait bon vivre à Bruxelles....alors qu'eux-mêmes vivent dans des banlieues bien protégées (Laurette, si tu nous entends...).

    Phillipe Close, notre échevin du tourisme, s'en bat royalement les c..., lui qui affirme publiquement que les conseils de sécurité des ambassades étrangères à propos de notre capitale sont exagérés. Évidemment, ce n'est pas demain la veille qu'on le verra se promener à la Gare du Midi après 18.00....

    Nos élus, tiens. Parlons-en. Le bourgmestre de Bruxelles-ville - et accessoirement le Parti Socialiste dont il est issu-a prouvé encore dernièrement le respect profond qu'il avait pour le concept de volonté populaire, puisque malgré le fait qu'il ait été élu directement par la populace, celui-ci s'est dessaisi au profit d'un co-listier nettement moins plébiscité par le peuple. Mais ....mais car il y un mais, il était stratégiquement soutenu par le Parti Rouge, ce rouge de la honte qui devrait leur monter au front. Entre ménager la chèvre et le chou, Freddy Thielemans a choisi.

    Aux prochaines élections, à vous de le faire.

  • Quand la nuit vient

    Quand tout s'effondre autour de moi

    Quand l'obscurité s'abat d'un manteau lourd et froid

    Quand la nuit vient

    Quand tout ce que je dis

    Tout ce que je fais

    Ne rencontre que le silence

    Quand la nuit vient

    Quand ceux que j'aime ne me comprennent pas

    Quand ceux que j'aime souffrent à cause de moi

    Quand seuls les cris permettent de se parler

    Quand la nuit vient

    Je me souviens

    Qu'il existe deux flammes qui me réchauffent de leur foi

    Que quelque part, là-bas, il existe un monde meilleur que celui-ci

    Et que d'écueils en hauts-fonds

    Deux phares me guident de leur éclat

    Quand la nuit vient.

     

    Ces derniers jours ont été très éprouvants. Ma tristesse dans ce texte fait écho à une superbe ballade poignante et désespérément belle, une perle méconnue du Boss, tirée du film Limbo.

    Coupez votre téléphone, éteignez la lumière, penchez la tête en arrière et qu'elle vous apporte le même réconfort qu'elle m'a donné.

    Je la dédie aux deux êtres les plus chers à mon coeur après ma famille.

    Et à tous ceux qui liront ceci et se reconnaitront dans l'émotion qu'elle m'a procurée.

    http://www.youtube.com/watch?v=71g3Wzgev8U

  • Prendre le train en marche

    Ces derniers temps, le département communication de notre SNCB (Spoliation des Navetteurs par des Connards Bourrins) travaille en heures supplémentaires. Leur dernière trouvaille, vanter carrément les retards des trains. Oui,oui, vous avez bien lu. Dorénavant, le fait de ne pas arriver à l'heure à son travail/école/domicile n'est plus un inconvénient, c'est un luxe.

    Forcément, quand on pense que les dirigeants de cette Tour de Pise financière nous mènent depuis des années en bateau, et que le directeur actuel considère le passager-cochon payeur comme la cinquième roue du carrosse, on ne s'étonne pas que la politique actuelle de la SNCB ne s'enferre sur une voie de garage.