Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Rédaction - Page 11

  • La famille Addams

     Il existe des familles où tout se passe calmement. J'en suis certain. il doit en exister, de ces familles àa mode Ingalls, où les plus gros drames sont la mort du poisson rouge, où la naissance d'un poussin suffit à rendre guillerette toute la maisonnée pendant 3 épisodes.

    Il existe aussi des familles où parents et enfant se déchirent, où l'impossibilité de communiquer devient tellement pesante qu'elle annihle toute énergie, où le simple fait de se voir crée des tensions explosives. Et le pire, c'est de se dire que ce n'est pas le manque d'amour qui en est la cause.

    Mal aimés, sans doute, mais aimés tout de même, les enfants de ces familles se construisent une vie faite d'embûches, et se forgent peu à peu une armure. Pour l'un ce sera la drogue, pour l'autre la marginalisation ou le refus..;et puis il y a ceux qui luttent en permanence pour ne pas perdre le peu de sanité mentale qui leur reste.

    A tous ceux-là, aux damnés de l'amour familial, à ceux pour qui la famille est autant une croix qu'un cadeau, j'envoie mes pensées....nous ne sommes pas seuls.

     

     

  • Echoes


    Il est parfois important de savoir que quelqu'un, quelque part, s'inquiète de soi.Que votre petite existence, perdue au sein de millions d'autres, a une valeur particulière.
    Quelqu'un qui se préoccupe de votre état, de vos humeurs.

    Ces personnes-là sont une trace que nous laissons autour de nous, une ride sur la surface, un écho dans le vide qui nous entoure.

    Savoir que cet écho existe est particulièrement réconfortant. L'ancre qu'il représente permet souvent de stabiliser un esprit qui aurait sinon une tendance notoire à partir à la dérive.

    A ceux et celles pour ma petite vie revêt une quelconque valeur, je dis merci.

     

  • Who wants to live forever?

    Le temps s'écoule, inévitablement. Plus de trois décennies se sont écoulées depuis ma naissance, bientôt quatre. Si sur certains aspects de la vie, j'ai l'impression d'avoir déjà un long chemin  derrière moi, pour d'autres, j'ai la nette impression d'avoir encore une énorme montagne à franchir. A la lumière de certaines réflexions, je me dis avec un peu de tristesse qu'il y a tant à apprendre dans cette vie-ci, et que nous avons si peu de temps. Désiré-je l'immortalité? Non. Survivre aux gens qu'on aime est une malédiction, non un bienfait. Mais pouvoir vivre en relatif bon état quelques années de plus, pour pouvoir enfin se dire au bout du chemin, qu'on a retenu l'essentiel de cette vie, la seule qu'on aie...voilà qui ne m'aurait pas déplu.

    La conscience de notre mortalité, si je reste convaincu qu'elle nous a fait enfanter Dieu et toutes les dérives qui ont suivi, nous fait aussi prendre conscience de l'importance de la vie, et devrait nous pousser à profiter de chaque seconde qui s'écoule, grain de sable immuable qui file dans le grand sablier du temps. Depuis le Big bang et l'instant zéro, l'expansion de l'univers a comme corrollaire la mise en marche d'un compteur universel qui ne revient jamais en arrière.Jusqu'à ce que nous ayons découvert comment dépasser la vitesse de la lumière et ainsi remonter le temps-du moins si les théories d'Einstein sur la relativité de l'espace-temps sont correctes.

    Nous savons que c'est à priori impossible. Toute vitesse -ou plus exactement toute accélération-implique une altération et un accroissement de la masse de l'objet à déplacer. Tout objet s'approchant de la vitesse de la lumière subit une accélération infinie; par conséquent l'énergie nécessaire pour augmenter cette accélération devient également infinie. A moins de réduire artificiellement cette masse globale à zéro, nous ne pourrons jamais dépasser cette vitesse. Une autre possibilité théorique serait l'emploi de champ de stase ou comme les appelle Einstein, de champs quantiques. Mais nous rentrons là dans des explications plus techniques que je réserve à un exposé ultérieur.

    Tout ceci pour dire que la finitude de notre vie, le germe de notre condamnation qui se développe dès notre naissance, devrait nous inciter à nous améliorer sans cesse. A grandir, en tant qu'individus, en tant qu'hommes et femmes, en tant qu'êtres humains, tout simplement.

    Pour pouvoir nous dire, à la fin de la route : "j'ai appris cela, et je l'ai bien transmis"

    Pour accomplir la seule révolution qui compte, la révolution intérieure, celle de l'âme, et de dépasser sa condition de simple mortel et de se rapprocher du divin.

    Pour enfin, avoir profité plus du chemin parcouru que du but à atteindre;

    Pour tout cela, apprenons, vivons, aimons comme si chaque seconde qui s'échappe de nos mains valait toutes les richesses du monde. Vivre en se sentant vivre, vivre en étant vivant plutôt que se laisser enterrer par tout ce qui pollue notre vie, voilà l'ultime vérité, la sagesse derrière toutes les sagesses. Il n'y a pas de vérité absolue sinon celles que la vie nous enseigne, pour peu qu'on l'écoute.