Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Perso - Page 29

  • De moins en moins de catholiques (ancien texte)

     

    Grande panique! Il parait qu'il y a de moins en moins de catholiques dans mon petit pays. En cause, je cite l'étude-belge:

    -une Eglise passéiste

    -le clergé qui vit en système clos

    -une religion qui n'a pas su s'adapter.

    Je me pose la question suivante : comment explique le succès fulgurant de l'islam radical dans certaines communes, alors que la vision qu'il propose est encore plus passéiste, autoritaire, et qu'ils sont encore moins en phase avec le monde actuel (sauf quand il s'agit de piloter un avion, et encore, visiblement l'atterissage pose quelques soucis.....)?

  • Candide

    On nous dit souvent que le bonheur se cultive. Que la réalité de la vie n'existe pas, que tout dépend de la perception qu'on en a.

    On nous dit aussi que le bonheur ne se trouve pas dans l'avoir, mais dans l'être. Qu'il est évanescent, et que le faire durer est un combat quotidien. Combat contre la vie, contre les autres,contre ses propres mauvais penchants surtout.

    Pour ma part, je pense que le bonheur n'existe pas en tant que concept unique. Véritable précurseur de la physique quantique, il est aussi multiple que les gens qui essaient désespérément de le trouver. Pour un tel, ce sera fonder un foyer. Pour une autre, ce sera être libre, sans attache, vivre ses envies. Pour un enfant au Sahel, ce serait pouvoir manger à sa faim. Pour une Nigériane, ce serait échapper à l'excision...

    Mais plus que tout ça,le bonheur ne se trouve ni ne se prend....il se donne.

    Donnez-vous la peine d'être heureux. Charité bien ordonnée commence par soi-même, dit le proverbe( je sais, je le répète souvent...)

  • Incommunicado

    Quelqu'un m'a récemment fait la remarque, assez justifiée, que l'approfondissement des relations passait par une communication intense.Qu'on ne pouvait apprendre à se connaitre qu'en se parlant.

    Mais au fond, de quoi parlons-nous? Nous, les humains. Notre espèce possède une particularité d'avoir un langage articulé autour de phonèmes liés entre eux. Cette spécificité est probablement à la base du développement du cortex supérieur, diminuant par là l'importance du cerveau reptilien, siège des instincts.Nous sommes passés de l'expression immédiate d'envies et besoins primaires à un stade d'abstraction jamais atteint dans le règne animal. Et pourtant...

    Et pourtant, jamais la communication n'a semblé aussi difficile qu'à notre époque. Les moyens de transmettre de l'information ont explosé en nombre et en formes, de la tablette au cloud, en passant par les blogs, les sites de messages brefs, les SMS, les quotidiens numériques...au détriment souvent de la pertinence et de la qualité du contenu.

    Nous avons dégagé les mots de leur sens, empli notre espace d'un méta-langage vide de réalité, éloigné les signifiants de leur signification.

    Nous avons établi un espace incommunicationnel, où finalement à force de parler, on finit par ne plus rien se dire. Le bruit des mots n'arrive que difficilement à couvrir la peur du vide assourdissant, vide qui n'est qu'un reflet  de notre impuissance à pouvoir s'approcher les uns des autres. 

    Ami lecteur, amie lectrice,  apprends à nous/te/me trouver dans le silence. Il est bien plus riche de nous, les humains, que tu ne le penses.

    Pour M.