Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Passions - Page 5

  • That's real blues, baby

    Un superbe blues écrit par un maître en la matière. Bon Scott, l'un des derniers vrais rebelles de ce monde, a écrit les paroles de cette chanson qui résume à elle seule toute ma vie. Sa voix de vieille pute en chaleur donne toute sa puissance à cet morceau; ça sent la gnôle bon marché, les aisselles de routiers et les chambres miteuses de motels crasseux le long de routes pousséreuses.La guitare d'Angus dégouline de feeling, s'allonge paresseusement sur un blues d'une limpide évidence. Le rock, le vrai, c'est ça. On n'a rien inventé de mieux. Du vrai, de l'authentique. La vie, en somme.

    So long, Scott..see ya on the other side, bro'

     

    Ride On Angus Young / Malcolm Young / Bon Scott

    It's another lonely evenin'
    in another lonely town
    but I ain't to young to worry
    and I ain't to old to cry
    when a woman gets me down

    got another empty bottle
    and another empty bed
    ain't to young to admit it
    and I’m not too old to lie
    I’m just another empty head

    that's why I’m lonely, I’m so lonely
    but I know what I’m gonna do
    I’m gonna ride on, ride on
    standing on the edge of the road
    thumb in the air
    one of these days I’m gonna, change my evil ways
    'til then I’ll just keep
    riding on

    broke another promise
    and I broke another heart
    but I ain't to young to realise
    that I ain't to old to try
    try to get back to the start
    and it's another red-light nightmare
    on another red-light street
    and I ain't too old to hurry
    cause I ain't too old to die
    but I sure am hard to beat

    But I’m lonely, lord I’m lonely
    What I’m gonna do
    (ride on, ride on) Got myself a one-way ticket
    (ride on, ride on) Going the wrong way
    Gonna change my evil ways, one of these days
    One of these days

    Ride on, ride on, ride on, gonna ride on
    I’m gonna ride on
    lookin' for a truck
    keep on ridin'
    ridin' on and on and on and on and on and on and on and on
    (ride on, ride on) gonna have myself a good time
    (ride on, ride on) yeah, yeah ,yeah
    one of these days, one of these days

     

    Dont voici une traduction qui ne rend pas justice à cette pièce d'orfèvrerie :

    C'est un autre soir en solitaire
    C'est une autre ville seule
    Mais je ne suis pas assez jeune pour m'en faire
    Et je ne suis pas assez vieux pour pleurer
    Quand une femme me laisse tomber

    J'ai une autre bouteille vide
    Et un autre lit vide
    Je ne suis pas assez jeune pour l'admettre
    Et je ne suis pas assez vieux pour mentir
    C'est juste une autre tête vide

    C'est pour ça que je suis seul...je suis si seul
    Mais je sais ce que je vais faire
    Je vais aller de l'avant, continuer
    Me tenant sur le côté de la route, pouce en l'air
    Un de ces jours,je vais..changer mes mauvaises manières
    Jusque-là, je vais continuer

    J'ai brisé une autre promesse
    Et j'ai brisé un autre coeur
    Mais je ne suis pas assez jeune pour réaliser
    Que je ne suis pas assez vieux pour essayer
    Essayer de revenir au point de départ

    Et c'est un autre cauchemar aux néons rouges
    Et une autre rue aux lampes rouges
    Et je ne suis pas assez jeune pour me dépêcher
    Parce que je ne suis pas assez vieux pour mourir
    Mais pour sûr, je ne me laisserai pas faire

    Mais je suis seul, Dieu que je suis seul
    Que vais-je faire?
    (Je vais continuer) je me suis pris un aller simple
    (Je vais continuer) Pour aller dans la mauvaise direction
    je changerai mes mauvaises manières, un de ces jours
    Un de ces jours
    Continuer, continuer, continuer,je vais continuer
    Je vais continuer
    je cherche un camion
    Continuer à aller de l'avant
    [...]Continue encore et encore
    (continue) je vais me prendre du bon temps
    (continue) oh oui
    un de ces jours, un de ces jours....

     

  • Si c'est telle...

    Parce que m'accompagner sur cette route étrange lui demande chaque jour autant de folie que de courage
    Parce que mes humeurs d'orage passent sur elle comme une ondée de printemps sèche à la la chaleur 
    Parce que mes levers et mes couchers sont sans soleil si je ne l'entends pas rire
    Parce que c'est telle qu'elle est,que je suis au plus près d'elle et pourtant si loin
    Parce que même sur Mars, être près d'elle est avant tout un état d'esprit
    Parce que chaque fois qu'elle me quitte, une partie de moi s'éteint
    Parce qu'enfin tout ce qu'elle est me fait trouver un centre fixe dans cette spirale incontrôlable
    A elle, je dis merci. Merci à la vie de m'avoir laissé rêver un instant ou deux, merci au monde de m'avoir donné une amie dont l'âme a la beauté du diamant, dans un écrin abîmé par le temps. Et pour la remercier, je ne trouve rien de mieux que ce superbe texte de Moustaki

    "Si vous la rencontrez bizarrement parée,
    trainant dans le ruisseau un talon déchaussé
    Et la tête et l'oeil bas comme un pigeon blessé,
    Messieurs, ne crachez pas de jurons ni d'ordures
    Au visage fardé de cette pauvre impure
    Que déesse famine, par un soir d'hiver
    a contraint à relever ses jupons en plein air.
    Cette bohème là c'est mon bien ma richesse,
    Ma perle, mon bijou, ma reine, ma duchesse...


    La femme qui est dans mon lit
    N'a plus vingt ans depuis longtemps
    Les yeux cernés par les années
    Par les amours au jour le jour
    La bouche usée par les baisers
    Trop souvent mais trop mal donnés
    Le teint blafard, malgré le fard
    Plus pale qu'une tâche de lune

    La femme qui est dans mon lit
    N'a plus vingt ans depuis longtemps
    Les seins si lourds de trop d'amour
    Ne portent pas le nom d’appâts
    Le corps lassé trop caressé
    Trop souvent mais trop mal aimé
    Le dos vouté semble porter
    Des souvenirs qu'elle a dû fuir

    La femme qui est dans mon lit
    N'a plus vingt ans depuis longtemps
    Ne riez pas, n'y touchez pas
    Gardez vos larmes et vos sarcasmes
    Lorsque la nuit nous réunit
    Son corps ses mains s'offrent aux miens
    Et c'est son cœur couvert de pleurs
    Et de blessures qui me rassure "
    En voici deux versions, la première de l'intouchable Serge Reggianni
    http://www.youtube.com/watch?v=k57Zbo_mnWY
    Jetez une oreille sur  l'autre, déglinguée, poignante, d'une détresse absolue chantée par un Arno qui n'a jamais sonné aussi mélancolique.

  • Moi j'enmairde l'ortograf'!

    Je suis un utilisateur assidû des salons de chat (et non tchat, c'est un terme anglais). J'y passe en moyenne une heure par jour. Et c'est avec un effroi certain que je constate que la qualité d'écriture générale baisse à une vitesse vertigineuse. Pour dire, je suis obligé de lire certains des messages à voix haute pour en comprendre le sens.

    Certains arguent que c'est dû au langage SMS, que l'abréviation devient la norme. Mais je constate souvent des ajouts ou des erreurs qui ne raccourcissent aucunement, et qui n'en rendent pas le mot concerné plus compréhensible pour autant.

    Quand on écrit "je s'est" à la place de "je sais",quand on place un "t" à la place d'un "d" ou un "s" à la fin d'un mot, je ne pense pas qu'il s'agisse d'un effet SMS. Même si l'on ne peut nier que l'usage fréquent de ce type de message n'a certes pas dû aider les locuteurs à garder un niveau élevé.

    Les raisons sont multiples : manque de lecture des jeunes-mais pas que, manque de suivi dans l'enseignement...quand on pense que certains avaient voulu supprimer les cours d'orthographe en primaire et secondaire, il y a de quoi se poser des questions.

    Au-delà de cette perte progressive d'une maîtrise de la langue, je note aussi et de plus en plus un raccourcissement et une simplification des idées. Cette réflexion rejoint celle que m'avait suggérée ma fidèle lectrice, et explique en partie pourquoi la masse populaire devient de moins en moins apte à s'exprimer de façon réfléchie. Toute la communication actuelle semble ne se dérouler que dans l'instant, sans aucun recul, et dans un nivellement par le bas sinon voulu, au moins bien aidé par les médias. L'exemple le plus frappant est Twitter, qui a récemment montré à quel point son usage pouvait se révéler à double tranchant. Et de toute façon, comment espérer que l'on puisse développer un sujet correctement sur des messages de deux phrases?

    Je joue mon Don Quichotte, sans doute. Et Cervantés doit bien rire de mes combats un peu désespérés. Mais tant que je ne me serai pas fait désarçonner par des moulins à vent, je chevaucherai la Rossinante de mes espoirs que la langue française, cette langue que j'aime, que je respecte parce qu'elle me permet de m'exprimer et de pouvoir signaler ce qui me et vous touche, que cette langue donc se relève de cette fange où la mettent les SMS-ophiles et autres illettrés néo-technologiques.