Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

La Libre Essentielle - Page 18

  • Que d'eau, que d'eau!


    Ce matin, entendu lors d'un reportage de la chaîne radio  Râle Très fort Belge ou Ferme-la, le fait suivant : le lotissement situé juste en face de Tours et taxis, comprenant entre autres la tour la plus haute de Bruxelles ainsi que 8 autres buildings, aurait vu son permis d'urbanisme accordé  alors qu'il n'y a aucun système de retraitement des eaux usées. Les égouts se déversent directement dans la Seine. Et ce malgré les affirmations de la ministre de l'environnement qui, je cite, signale sur son site (rime riche!) que "toutes les eaux usées bruxelloises sont traitées en station". En vertu de la loi européenne de 1991, toutes les agglomérations sont censées retraiter leurs eaux usées via des stations d'épurations. Par le passé, la Commission Européenne avait déjà infligé de lourdes amendes à l'Etat Belge pour non-respect de cette loi, on aurait pu penser que nos chers élus auraient retenu la leçon. Mais si les politiques avaient de la mémoire autre que pour leur portefeuille, ça se saurait...

     

  • Regarder la pluie tomber


    En marge d'un post plus ancien, une pensée m'a traversé l'esprit suite à l'écoute presque accidentelle ce matin d'un morceau sublime de Marillion, intitulé "One fine day".

    Cette chanson d'une rare mélancolie m'a poussé à approfondir ma réflexion sur l'absence de communication réelle qui est un des stigmates de notre époque. Nous avons beau nous entourer de monde, de bruit, de mouvement, au fond de nous, nous sommes seuls. Ce sentiment est, je pense, l'un des moteurs -si ce n'est la cause fondamentale- de notre recherche constante de tout dérivatif qui nous permet de nous étourdir, et surtout ne pas trop réfléchir.

    Il faut se remplir de télé réalité débile, de journaux déprimants, de bruit permanent. Alcool, sorties, tout est bon pour ne pas perdre le sourire. Nous fonçons à grande vitesse vers l'épilogue final, le même pour tous, et à la fin de la route, nous restons seuls. Définitivement seuls.

     

  • Contempler le visage de Dieu

    Dernièrement, les éditions Grasset ont publié un ouvrage au nom provoquant. Ouvrage de vulgarisation scientifique qui se lit comme un roman - et voulu comme tel par ses auteurs, les jumeaux Bogdanoff qui en leur temps s'étaient fait remarquer en présentant l'émission de vulgarisation "Temps X". Le livre "Le visage de Dieu" propose une lecture quelque peu orientée des dernières avancée's en astronomie, et notamment la fameuse photo du projet Cobe. Pour rappel, le téléscope-satellite a pu identifier et reconstituder l'image d'une lumière émise quelques 300.000 ans après le Big bang.Soit l'image de l'univers la plus ancienne jamais répertoriée. Un scientifique -Georges Smoot ou pas, difficile de savoir- aurait prononcé une phrase passée à la postérité :"c'est comme contempler le visage de Dieu!".

    Depuis l'émission sur France 3, les deux frangins ont déposé une thèse controversée en astrophysique et en physique théorique. Si certains scientifiques pointus notent des erreurs ou des raccourcis dans leur travail scientifique, il n'en reste pas moins que les mortels s'intéressant un tant soit peu aux fondements mêmes de notre réel, leurs livres sont une excellent porte d'entrée à la physique quantique. Libre à eux par la suite d'aborder des oeuvres plus pointues, comme les livres de Stephen Hawking par exemple.

    Et d'adhérer ou non à la vision cosomogonique telle que proposée par les Bogdanoff. Après tout, croire est un choix personnel, et si la vérité devient imposée, n'en perd-t-elle pas son essence quantique, à savoir qu'il existe autant de réalités observées-et par là observables- qu'il y a d'observateurs?