Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Belgique - Page 34

  • Question de sûreté

    Monsieur Moureaux n'en est pas à une ânerie près.Après avoir accusé la RTBF de dérive raciste suite à un reportage polémique montrant le vrai visage d'un certain islam en Belgique, il fustige à présent la sûreté de l'état, prétendant que le service est inutile, et ferait tout aussi bien de disparaitre. Il est rejoint sur ses positions par Renaat Landuyt, qui fait chorus avec l'ouleyma moustachu.

    Faut-il s'en étonner? Non pas. Quand on voit que nombre d'électeurs directs de Flupke Moustache ont eu maille à partir avec la justice, il n'est guère surprenant que Mr Moureaux tienne ce genre de discours. Où irait-il puiser son soutien électoral, si ses électeurs étaient enfin châtiés comme il se doit? Et que dirait sa très jeune épouse maghrébine, si son brave mari laissait ainsi les membres de sa communauté être arrêtés?

    Quant à Mr Landuyt, peut-être est-il nécessaire de rappeler qu'en son temps, il avait été inquiété puis rapidement blanchi-très rapidement, noteront certains-pour une sombre affaire de participation à des manifestations d'extrême-gauche?

    Dans une certaine fable de Lafontaine, il est question d'un baudet sacrifié parce qu'il mangeait de l'herbe. Nos politiciens ont de la culture et de la mémoire, ils appliquent les mêmes principes que les animaux de la jungle. Reste à savoir à quelle bête ils ressemblent.

  • RER Bruxelles : L'arlésienne

    Cela fait maintenant des années que les divers gouvernements bruxellois nous font miroiter l'illusion d'un réseau interurbain , réseau qui viendrait à point nommé pour désengorger un ring saturé depuis belle lurette, et permettre aux navetteurs de gagner leur lieu de travail sans devoir payer des parkings aux prix astronomiques. Et ce d'autant plus maintenant que la voirie toute entière va être revue...bien évidemment à la baisse pour les places, mais pas pour les tarifs.

    Seulement voilà : nos "amis" flamands ne l'entendent pas du tout de cette oreille. Comment, en effet, pourraient-ils laisser la Région bruxelloise entamer des travaux qui la libéreraient de son asphyxie économique, alors qu'ils lorgnent la capitale depuis les événements de 1962? Les derniers soubresauts communautaro-judiciaires sur le tracé du RER  ne font que confirmer ce que les personnes sensées ont compris depuis longtemps : plutôt que de l'abandonner aux francophones, la Flandre et sa clique de politicards mesquins et aux esprits encore plus étroits que leur territoire  étrangle lentement mais sûrement Bruxelles en l'empêchant par tous les moyens de se sortir de son carcan qui l'enserre dans ses embouteillages et ses doubles files.

    De là à penser qu'ils ont pour objectif caché de laisser peu à peu Bruxelles se transformer en chancre urbain, en faisant fuir pêle-mêle les entreprises, la communauté européenne-notez que pour cette dernière, ce ne sera peut-être pas un mal- et les institutions politiques.... Ne restera que la vermine et les populations défavorisées qui transformeront la capitale en immense souk à ciel ouvert.Et devinez QUI viendra alors se présenter en chevalier blanc pour nettoyer la gangrène??

  • Povo Gratia

    Ces derniers temps, dès que j'allume la radio, ça n'y coupe pas. Depuis la libération honteuse de Michèle Martin, cette farce absolument grotesque d'un système judiciaire répugnant de lâcheté, les réactions pleuvent...et la plupart du temps dans le même sens. Encore aujourd'hui, tenez : un "expert" du monde judiciaire se posait en grand défenseur de l'ordre moral en prétendant, je cite, que "la loi prise pour durcir la libération conditionnellle est dangereuse parce que prise par la base populaire (sic!) et dans l'émotion".

    J'ai même entendu une phrase d'un auditeur qui craignait, sans rire que "trop de démocratie tue la démocratie". Phrase entendue ce matin dans le débat sur la Première.

    Cette simple assertion prouve bien à quel point notre société est malade. Malade de ses propres libertés, malade parce qu'elle n'accepte la volonté de la base que quand elle sied la volonté de ceux qui profitent du système.  Ainsi donc, la démocratie n'est valable que quand elle suit le politiquement correct? Ainsi donc, la volonté du peuple est mauvaise conseillère, et il vaut mieux prendre les décisions importantes (re-sic) qu'à l'abri des regards, et bien loin des yeux de cette plèbe ignorante et bassement émotionnelle?

    Sans doute est-ce là la raison pour laquelle la première loi d'assouplissement de ces mêmes libérations a été prise bien discrètement, et ce alors que les tourbillons déclenchés par l'affaire Dutroux venaient à peine de se calmer. Loi votée et mise en place par certains des dirigeants politiques -Laurette, si tu nous entends...-qui aujourd'hui s'offusquent de l'accueil d'une meurtrière chez des nonnes qui n'ont visiblement de religieux que l'habit.

    Sans doute aussi est-ce pour cela que ces grands "défenseurs" de la démo-crassie se sont faits bien discrets au moment de cette même affaire, affaire qui prouvait à quel point notre système judiciaire était gangrené par l'incompétence, la mesquinerie crasse et les luttes de pouvoir. Et ce sont ces mêmes hérauts de démocratie dirigée qui nous disent de faire confiance à la justice? Dans d'autres cas, j'avoue que j'aurais bien ri. Mais là...