Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Belgique - Page 28

  • Bonne tranche de rigolade (jaune)


    Je poste ici le lien vers la réponse du Mrax à l'article d'Alain Destexhe.

    http://www.lalibre.be/debats/opinions/l-antiracisme-le-mrax-repond-a-destexhe-521d9f3f35707ef67adbb21d

     

    Entre désinformation, allégations mensongères, confusions volontaires de propos et propagande vide d'arguments, j'avoue que j'ai bien ri.Le mrax a des juristes bien curieux, qui font l'amalgame entre dénonciation d'un silence tacite et déni de la Shoah. En d'autres temps, on aurait crié au procès d'intention et la confusion coupable.

    Si le monde tournait juste, les personnes suivantes auraient été éradiquées de cette terre depuis longtemps :

    • P.M., pour sa lâcheté vis à vis de la communauté maghrébine, et sa traîtrise à la Belgique. Son mariage avec une maghrébine n'est finalement que l'étape ultime de sa fourberie...au moins, il reste cohérent dans sa trajectoire.
    • E. D., pour être le président d'un Centre où tous sont égaux, pourvus qu'ils soient surtout étrangers. L'égalité des Belges en matière de racisme n'est toujours pas à l'ordre du jour. Pour preuve, essayez de trouver une plainte acceptée pour belgophobie...
    • L.O., pour ses magouilles politicardes (cfr le faux domicile à Schaerbeek) et pour protéger une soi-disant minorité de plus en plus agressive
    • R.B., pour avoir transformé un mouvement en secte à la solde de pro-islamistes.

    Mais voilà, notre monde n'est pas juste. Et ces "personnes" sont toujours en vie. J'ai du mal à leur attribuer cette appellation, mais comme j'ai pu déjà le constater, la liberté d'expression atteint vite ses limites quand elle s'attaque à une certaine idéologie à la couleur rouge très voyante. Liberté dont par ailleurs les chantres des organisations sus-citées usent et abusent à merci, avec la bénédiction tacite des autorités.

    Tout ceci conforte à quel point mon opinion suivant laquelle le Mrax, le Centre de l'Egalite des Chances ont une vision de la démocratie qui leur est très personnelle...et très éloignée de la mienne

    Et la vôtre?

     

     

  • Prison dorée


    Je lis de plus en plus d'articles de faits divers qui présentent systématiquement la même phrase : "Le prévenu était déjà connu pour des faits similaires". Sous d'autres formulations aussi, notez bien.Petit florilège:

    • Le prévenu est bien connu des services de police
    • Le suspect a été arrêté pour des faits similaires
    • Le suspect avait déjà commis de nombreux méfaits
    • Le suspect est bien connu de la jstice

    Si nos prisons étaient ce qu'elles devraient être, à savoir l'enfer, peut-être que ces mêmes suspects y réfléchiraient à deux fois avant d'y retourner. Et ce quoiqu'en disent ces ordures de bien-pensants, visiteurs de prisons et autres catholiques culs-bénits et soi-disant altruistes du dimanche. Altruisme qui ne se manifeste que contre les bourreaux, jamais contre les victimes.

    Où étaient ces mêmes visiteurs de prison quand on a arrêté Dutroux? Où étaient ces mêmes visiteurs de prisons quand Michèle Martin a laissé agoniser Julie et Melissa? Nulle part. A aucun moment leur voix fielleuse ne s'est fait entendre.ces monstres sont encore plus condamnables que les voyous qu'ils défendent. Et s'ils se plaignent des conditions de détention en Belgique (télé, playstation, etc...) qu'ils se fassent arrêter en Turquie ou aux Phillipines, ça élargira leur point de vue...en même temps que leur anus. Cela leur serait salutaire, de toute façon, on confond déjà leur orifice anal avec leur bouche.

    Il faudrait peut-être aussi ré-envisager le travail forcé systématique. Il y a tant d'édifices publics, de routes, de bâtiments qui nécessitent d'être restaurés, et pour lesquels nos gouvernements n'ont soi-disant pas d'argent. Argent qu'ils dépensent joyeusement par ailleurs en représentations et autres délégations dans des pays étrangers pour vanter les mérites d'un pays dont l'Europe entière se gausse, tant notre royaume est devenu une terre de surréalisme absurde.

    Utilisons ces déchets et transformons-les en force de travail utile. Cela aura pour double avantage de faire de nettes économies et de les réhabiliter en tant qu'individus productifs dans notre société malade. Chacun sait que le travail est structurant et stabilise une conscience citoyenne. Ce n'est pas un hasard si une certaine catégorie de la population - suivez mon regard- tente d'y échapper à tout prix.

  • 21 juillet : Drache Nationale


    Plutôt que d'aller piétiner au passage d'un cortège que je n'aurais vu que de loin, et d'agiter stupidement un drapeau belge en me prétendant patriote, j'ai décidé d'aller assiter pour la troisième fois au festival gratuit Drache Nationale. Petit festival sans prétention, des groupes établis et solides, un accueil chaleureux, un temps caniculaire...toutes les conditions étaient réunies pour une bonne soirée.

    Les Nightbirds foulent la petite scène avec trois quarts d'heure de retard. Si les papys font toujours aussi surréalistes (le chanteur avec sa dégaine à la Hughes Aufray -qui chanterait juste- fait presque figure de poney fringant comparé à l'organiste et son look de pépé sorti en goguette après une matinée à l'hospice), sur scène ça assure sévère. Le guitariste, clone de Clapton au physique, a comme son modèle un toucher d'un blues au feeling impeccable, notamment sur les solos groovys des morceaux du groupe, dont les covers se frottent au répertoire du rock des années 60 : Hendrickx, Cream, Grand Funk Railroad, Credence...le batteur en fait des tonnes, et nous lance un solo ahurissant en se cognant plusieurs fois la baguette sur la tête  (un gimmick qu'il rejouera souvent). Si le public reste assis à siroter, le plaisir est non feint et les spectateurs ressortent la banane aux lèvres.

    Asphalte, ou la revanche des briscards. On a beau avoir déjà vingt fois leur version survitaminée -et pas exempte de petits pains-de "jesus he Knows me"' ou "Jump", ça le fait toujours aussi grave...pour l'occasion, Asphalte a ramené son ancien guitariste, Frédéric, et une vieille connaissance pour une partie acoustique, Françoise de Risseleer. La frêle violonniste s'éclate sur "Dust in the Wind" au solo merveilleux de mélancolie, ou une version réarrangée de "Stairway to heaven", mais aussi sur des boogies endiablés où son groove fait merveille.

    Après un medley Pink Floyd des familles, un "Whole Lotta Rosie" terrassant, le final dantesque voit deux rock furieux magnifiés par la prestation de Françoise achever ce set alors que la nuit est tombée, mais pas la température.Je décide de faire l'impasse sur le dernier set (annoncé comme pourtant très bon, mais le rockabilly ne fait pas partie de mes préférences) et de regagner mes pénates.

    Nuque douloureuse, t-shirt collé par la sueur...une bonne soirée? Assurément.