Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Belgique - Page 27

  • Dormir comme un Lhoir

    En général, quand une mère enfante, je me réjouis pour elle. Mais pas dans le cas de Sabrina Lhoir.

    Cette mère infanticide, non contente d'avoir jeté son bébé né viable et vivant dans un sac poubelle, et d'avoir été libérée quatre mois après son incarcération, est de nouveau enceinte.

    Outre les questions inévitables sur la santé mentale du juge l'ayant libérée, ce fait divers sordide accuse également les accompagnants sociaux, psychologues, et autres "assistants" qui se sont montrés étrangement absents tout au long de cette affaire.

    Ces mêmes assistants qui vous enlèvent sans sourciller votre enfant pour une fessée parfois appliquée à juste titre.

    Ces mêmes accompagnants qui vous déchoient de vos droits parentaux au profit d'un conjoint totalement absent mais plus riche ou mieux défendu.

    Oui, ce fait divers pose question.

    Oui, cette histoire répugnante est une preuve de plus que notre société est malade, malade de l'intérieur, remplie d'appellations soyeuses jusqu'à la nausée, de patronymes chatoyants comme Droits de l'Homme, Droits Sociaux, et j'en passe...dont le parfum capiteux peine à couvrir la putrescence de leurs défenseurs.

  • Pauvre Bruxelles

    Ces derniers temps, j'éprouve un malaise de plus en plus tenace à voyager dans ma ville. Je suis né à Bruxelles, j'y ai vécu depuis...et elle me dégoûte chaque jour davantage.

    Entre la population qui se marginalise de plus en plus, les immigrés qui n'intègrent de notre culture que ce qui les arrange, la visibilité des épaves et autres rejets que notre société de consommation produit à une vitesse exponentielle...tenez, pas plus tard que ce w-e, dans une station de métro, je tombe sur deux de ces tristes spécimens. Ivres, drogués, ou tout simplement atteints de troubles mentaux, ces pauvres hères sont livrés à eux-mêmes sous le regard au mieux impuissant, au pire totalement méprisant des passants.

    Bruxelles-Poubelle, Bruxelles-la-sale agonise lentement mais sûrement. Les bruxellois ayant encore la possibilité de le faire quittent en masse le centre-ville, les autres se résignent à voir leur ville dépérir et devenir un chancre à ciel ouvert, pendant que les eurocrates en grande partie responsables de cette détérioration, avec la bénédiction de nos "élus", vivent dans un monde clos, d'où ils n'ont qu'une vue biaisée sur l'extérieur. Et que nos édiles nous chantent sur tous les tons qu'il fait bon vivre à Bruxelles....alors qu'eux-mêmes vivent dans des banlieues bien protégées (Laurette, si tu nous entends...).

    Phillipe Close, notre échevin du tourisme, s'en bat royalement les c..., lui qui affirme publiquement que les conseils de sécurité des ambassades étrangères à propos de notre capitale sont exagérés. Évidemment, ce n'est pas demain la veille qu'on le verra se promener à la Gare du Midi après 18.00....

    Nos élus, tiens. Parlons-en. Le bourgmestre de Bruxelles-ville - et accessoirement le Parti Socialiste dont il est issu-a prouvé encore dernièrement le respect profond qu'il avait pour le concept de volonté populaire, puisque malgré le fait qu'il ait été élu directement par la populace, celui-ci s'est dessaisi au profit d'un co-listier nettement moins plébiscité par le peuple. Mais ....mais car il y un mais, il était stratégiquement soutenu par le Parti Rouge, ce rouge de la honte qui devrait leur monter au front. Entre ménager la chèvre et le chou, Freddy Thielemans a choisi.

    Aux prochaines élections, à vous de le faire.

  • Prendre le train en marche

    Ces derniers temps, le département communication de notre SNCB (Spoliation des Navetteurs par des Connards Bourrins) travaille en heures supplémentaires. Leur dernière trouvaille, vanter carrément les retards des trains. Oui,oui, vous avez bien lu. Dorénavant, le fait de ne pas arriver à l'heure à son travail/école/domicile n'est plus un inconvénient, c'est un luxe.

    Forcément, quand on pense que les dirigeants de cette Tour de Pise financière nous mènent depuis des années en bateau, et que le directeur actuel considère le passager-cochon payeur comme la cinquième roue du carrosse, on ne s'étonne pas que la politique actuelle de la SNCB ne s'enferre sur une voie de garage.