Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Métal Méan 2015

Petit descriptif de la cuvée 2015 de cette Mecque belge du métal extrême et underground.Nervosa, Drowned, Necros Christos, Krisiun, Grand Magus, Revenge, Midnight, Sodom et Dolch

Dans l'ordre :

Nervosa est une sympathique entrée en matière. Trio exclusivement féminin, les ch'tits bouts de femme (la bassiste-hurleuse doit faire ma taille, c'est dire) envoient un thrash sans fioritures, pas très fin mais efficace. Le son est exceptionnellement clair (une constante tout au long de l'après-midi) et n'a plus ce côté mur du son écrasant qui transformait les parties pourtant techniques d'un Anaal Natrakh en bouillie, comme ça a pu être le cas par le passé. Alors bien entendu, elles ne révolutionnent aucunement le genre, et les interventions de la meneuse sont ultra-téléphonées. Mais hé! Pourquoi bouder son plaisir? C'est bien joué, propre et efficace, que demander de plus? 

Le soleil est au rendez-vous. Pas vraiment l'ambiance qui sied pour du doom-death caverneux pour les membres de Drowned, mais pas grave. On compense avec une banane (relative hein, on n'est pas non plus à un concert de Power metal) et une certaine lourdeur oppressante que ne renierait pas un Anathema des tout débuts, voire un Paradise Lost époque "Lost Paradise" ou "Gothic". C'est lourd, c'est noir, c'est pesant et bien glauque. On aime.

 

Necros Christos enchaîne, et on monte d'un cran. Rien à dire, mais les Héllenes ont ce je-ne-sais-quoi qui les met définitivement en marge. Est-ce le côté solennel du chanteur, son chant presque opératique par moments, la prestance des musiciens ou encore le côté quasi orientalisant de leur musique...on ne sait pas vraiment, mais il se passe quelque chose. L'ambiance est recueillie et attentive, et les Grecs, s'ils ne sont pas démonstratifs, se font visiblement plaisir.

Krisiun débarque. Ca ne rigole plus. Le tank survitaminé des brésiliens lamine tout sur son passage. Autant sur album, leur musique peut lasser au bout d'un moment (trop de blast tue le bast, comme dirait l'autre), autant sur scène leurs chansons sont étonnamment variées, avec quelques tempi plus moyens. Si, si!

On pouvait craindre que la venue de Grand Magus ne se révèle une vraie catastrophe, comme l'avait été en son temps la mise en dernière position d'un The Devil's Blood absolument possédé et hypnotisant. C'est que le registre heavy classique de JB et consorts a l'air en total décalage avec le reste de l'affiche.Il n'en est rien. Si au début, le chapiteau est à moitié rempli, il voit débarquer la grande foule très rapidement, qui donne de la voix sur les hymnes heavy/ doom épiques et majestueux, à l'image d'un Iron Will fédérateur. Même des coreux s'y laissent prendre et donnent du gosier sans retenue. JB est un putain de showman, et sa voix chaude et rugueuse transporte sans coup férir (Fenrir?) dans les plaines glacées du grand Nord.

Revenge est hélas desservi par un son calamiteux, doublé d'une impression du "tout à fond" qui lasse très rapidement. On en ressort vaguement nauséeux, en priant pour que le show se termine rapidement.

Midnight est poussif. Une sorte de sous-Venom mâtiné de Celtic Frost, sans les glorieuses compos de ces derniers. Pathétique, et ce n'est pas l'apparat des musiciens qui y change grand-chose.

Sodom met tout le monde d'accord. Malgré un souci de guitare en plein milieu d'un morceau, ils restent maîtres d'une scène et le public le leur rend bien. Sauvage, pied au plancher, malgré la chaleur et la fatigue accumulées, la fosse se déchaîne au son des tueries thrash teutonnes : "Napalm in the Morning", "Ausgebombt" et j'en passe sont autant de glaviots chargés de mitraille brûlante envoyés droit dans la face.

Au bout de 8 minutes exactement, je regarde mon amie médusée...Qu'est donc cette bouse infâme? Dolch? Une demoiselle qui chante faux, un chanteur en mode "j'en fais des caisses et je n'en mets pas une dedans", une espèce de doom soi-disant atmosphérique que même Fatal Embrace n'aurait pas pu pondre.Mais quelle horreur! Nous fuyons cette monstruosité et rentrons chez moi, non sans avoir augmenté ma collection de disques de quelques trouvailles intéressantes.

A l'année prochaine!

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.